Hotel Saint-Malo | Brit Hotel Surcouf

Arrivée :
Départ :
Personne(s)
 

Saint-Malo

Histoire de Saint-Malo

D’Alet à … Saint-Malo

Selon la tradition, le Gallois Malo rejoignit l’ermite Aaron sur son rocher et devint évêque d’Alet. Avec la montée des eaux, l’îlot fut jugé plus sûr qu’Alet et l’évêque Jean de Châtillon y transféra l’évêché en 1145-1146. C’était un « minihy », c’est-à-dire une terre ecclésiastique offrant immunité, asile et franchise.. Etendu à l’est, il accueillit une grande population, en partie marginale, et beaucoup d’étrangers, origine peut être du caractère malouin indépendant, frondeur et aventureux.

Ainsi les malouins en rébellion contre leur évêque s’organisèrent-t-ils en commune en 1308. Opposés à Jean IV, ils virent d’un mauvais oeuil l’édification de la tour Solidor et des édifices ultérieurs des Montfort qu’ils estimaient dirigés contre eux. Saint-Malo sera une véritable enclave royale dans le duché en 1415. De même, la ville, ligueuse, mais méfiante envers les ambitions personnelles du duc Mercoeur, se constitua en 1690 en  » République Municipale Autonome  » puis se rallia à Henry IV après son abjuration. Jouissant d’une franchise portuaire, la ville devra sa prospérité à l’esprit d’entreprise économique et financière de ses bourgeois. Au début du 16e siècle, ils se lanceront dans l’aventure morutière avec une organisation particulière :pêche à proximité de Terre-Neuve et séchage de la morue sur place puis expédition de la majorité du tonnage vers Cadix ou Marseille d’où ils rapportent des marchandises. Lorsque le commerce breton des toiles vers l’Europe du Nord périclitera au 17e siècle, les Malouins utiliseront Cadix pour approvisionner l’Amérique hispanique en fine toiles de lin, les bretagnes et la région de Quintin.

Victime de la politique royale, Saint-Malo s’orientera vers le trafic des mers du sud. Les cap-horniers commerceront avec le Pérou et le Chili en 1698 puis les Malouins se lanceront dans le commerce avec l’Inde avec la création de la Compagnie des Indes orientales de Saint-Malo.

Définitivement distancé dans la seconde moitié du 19e siècle, le port ne conservera que l’activité morutière.

Les quartiers de Saint Malo

    • Saint-Servan :
      Site gallo romain établi sur la presqu’île d’Alet, il se situe à l’embouchure de la Rance entre le barrage et la vieille ville de Saint-Malo.
      Son port de plaisance est à découvrir.
    • Paramé-Rotheneuf :
      Dans le prolongement de Saint Malo Intra-Muros par le Sillon, la grande plage et Les Thermes Marins pour arriver vers la pointe de la Varde et le havre de Rotheneuf. Vous apprécierez ce patrimoine balnéaire lors de balades par la grande digue.Le Sillon à 15 mn, 800 m à pied Thalasso à 5 mn, 200 m à pied.
    • Nouveau quartier :
      La gare de St Malo en élaboration avec de nombreux complexes, cinémathèque, médiathèque …

Saint-Malo Intra Muros : Cité Corsaire

Saint Malo : C’est la citée corsaire fondée sur un îlot rocheux, entourée de remparts. La ville est protégé par le Fort National et le Fort du Petit Bé. Ils peuvent se découvrir à pied par basse marée.
A visiter : le Château du 15ème siècle, la cathédrale Saint-Vincent, les maisons d’armateur… Du Brit Hotel Le Surcouf, à 30 mn 2000m à pied, à 5 mn en voiture, Ligne n 8 par le bus.

Grand Aquarium de Saint Malo

A visiter à St Malo :

Profitez de votre séjour à Saint-Malo pour visiter l’un des plus profonds aquariums d’Europe.
Toutes les informations sur le site officiel :  www.aquarium-st-malo.com

Histoire et célébrités de Saint Malo

 

Célébrités de St Malo : Mac Low, Jacques Cartier, Duguay Trouin, Chateaubriant, Vauban…

      • Mac Low ou Maclou : au IX siècle, gallois qui évangélise cette terre décadente.
      • Gustave Flaubert en 1847 visite
      • Jacques Cartier : Malouin, qui découvre en 1534 le Canada.
      • Duguay Trouin ( 17ème siècle) et Surcouf (18ème siècle) : les corsaires malouins les plus connus.
      • Maupertuit, 1698-1759 : Célèbre mathématicien
      • Broussais, 1772-1838 : médecin de la marine
      • Lamenais, 1782-1854 : humaniste et député de l’Assemblée Nationale en 1848
      • Chateaubriand, 1768-1848 : homme politique, voyageur, littéraire dont l’image se rattache à Saint-Malo
      • Vauban : fortificateur de la ville de Saint-Malo au 18ème Siècle.

 

Robert Surcouf : roi des Corsaires

Un officiel anglais capturé par Surcouf. Vous autres Français combattez pour l’argent, alors que nous les anglais , combattons pour l’honneur.
Réponse de Robert Surcouf à l’officier anglais :
Monsieur , un homme se bat pour ce qui lui manque le plus.

Robert Surcouf est né à Saint-Malo  le 12 décembre 1773 dans une famille d’armateurs et de corsaires.
Il commence à naviguer en 1786 et devient Capitaine au long cours en 1794.
En 1796,  à 23 ans, il va se distinguer et entré dans la légende en prenant un grand vaisseau britannique, 3 fois plus important et plus armé que lui. Les exploits de ce genre vont ensuite se succéder notamment avec la capture du HMS Kent dans la baie du Bengale.
Il va ainsi attaqué près de 50 navires (anglais ou portugais)  en seulement 5 ans, à tel point que sa tête sera mise à prix par l’Angleterre pour 5 Millions de Francs.
Il reviendra ensuite s’installer à Saint-Malo puis repartira en 1807 faire de nouvelles conquêtes   16 au total) dans l’océan Indien. Il jouera également un rôle d’armateur.
Plus tard, en temps de paix, il se consacrera à l’armement commercial.
Il décède  le 8 juillet 1827 dans sa maison de campagne de Saint-Servan (commune faisant de nos jours partie intégrante de Saint-Malo).

Pour tout savoir sur le « Roi des Corsaires' », Robert Surcouf, voici quelques liens utiles :